«La scolarité est plus importante que la culture du cacao»

Juste après la naissance de son deuxième enfant il y a plus de quatre ans, Janet Kwaa a commencé à cultiver du cacao sur 4,5 acres de terre dans le sud du Ghana. Avec deux jeunes bouches à nourrir, la femme de 27 ans a un régime fixe pour sa journée. «Avant d’aller à la ferme, je m’assure que les enfants partent d’abord pour l’école», a-t-elle déclaré. «Cette routine quotidienne rend l’agriculture très difficile pour moi. Le désherbage et l’élagage sont très durs. Je vais à la ferme vers 8 heures du matin et je rentre chez moi à midi. »

C’est une vie difficile, même avec un mari qui cultive également du cacao et qui est le commis aux achats pour leur communauté. « Le secteur de la culture du cacao est extrêmement difficile », a déclaré Kwaa. «On passe beaucoup de temps à préparer le terrain avant de planter ses cultures. Parfois, les cultures que vous plantez ne survivent pas et vous devez les replanter pour avoir une bonne récolte. La culture du cacao est telle que vous devez toujours aller à la ferme, sinon les récoltes mourront, rendant votre travail vain. »

Cela peut rendre difficile la subsistance de ses enfants. «Parfois, je trouve très difficile de prendre en charge leurs dépenses quotidiennes, en particulier pour leur alimentation», a-t-elle déclaré. Son histoire est typique de la ceinture de cacao du Ghana et de la Côte d’Ivoire qui produit une grande partie de l’ingrédient de base de l’industrie mondiale du chocolat.

Les agriculteurs traditionnellement embourbés dans la pauvreté et incapables d’éduquer leurs enfants reçoivent désormais le soutien du gouvernement, de l’industrie du cacao et des coopératives locales pour apprendre des pratiques modernes et des compétences pratiques, obtenir des prêts à taux réduit pour l’équipement et les engrais et, dans certaines régions, construire de nouvelles écoles. «Ils nous forment sur les meilleures pratiques agricoles, telles que l’entretien de la ferme par des moyens efficaces d’élagage pour permettre un ensoleillement suffisant pour les cacaoyers», a-t-elle déclaré. «Ils nous forment à l’application appropriée des bons herbicides et engrais.»

Une autre aide consiste à former un groupe coopératif de femmes, avec des membres contribuant de l’argent qui est utilisé pour fournir du crédit pour l’achat d’équipement et d’autres besoins. «Le nom du groupe est« Adom Wo Wim, Yeretwen Awurade », ce qui signifie« Grâce dans les cieux »», a déclaré Kwaa. «Tous les membres cotisent pendant trois mois ou plus, et les membres sont autorisés à contracter un prêt de plus de trois mois de son épargne avec peu d’intérêt. Tous les membres se partagent les intérêts de chaque prêt accordé à la fin de l’exercice. Il existe même une constitution qui soutient le travail de la coopérative agricole. »

Elle cultive également des bananes plantains, du manioc et de l’igname de coco pour que sa famille puisse les manger et les vendre pour gagner de l’argent supplémentaire. «Le plantain et l’igname de coco sont cultivés dans la même ferme que les cacaoyers. Le plantain, par exemple, sert également d’ombre », a-t-elle déclaré à propos d’une autre pratique acquise grâce à la formation. « Le manioc est cultivé sur un autre terrain. » La coopérative a également aidé le groupe de femmes à démarrer l’élevage d’escargots. Maintenant, Kwaa veut que le gouvernement aide les agriculteurs à réhabiliter les fermes en remplaçant les vieux cacaoyers par de nouveaux.

Une chose qu’elle ne veut pas, c’est que ses enfants deviennent des producteurs de cacao, comme elle. « Non! » s’exclama-t-elle lorsqu’on lui posa cette question. «La scolarité est plus importante que la culture du cacao. Je suis dans la culture du cacao pour les aider à aller plus haut dans l’échelle de l’éducation. » Ses yeux sombres se rétrécirent alors qu’elle parlait. « Pour qu’ils soient des producteurs de cacao permanents, je ne serai pas d’accord avec cela », a déclaré Kwaa. «Je vais leur conseiller de chercher des emplois bien rémunérés.»

«La scolarité est plus importante que la culture du cacao»
4.9 (98%) 32 votes