«J’aime le cacao»: du migrant urbain à l’agroforestier dynamique

Ediko Appo Agnes se tenait parmi ses cacaoyers, une machette dans une main avec des boucles d’oreilles en forme de cœur encadrant son visage, et a parlé d’agroforesterie dynamique. « C’est une ferme où vous mettez plusieurs plantes – plantain, manioc, tout ce dont vous avez besoin pour la nutrition – en même temps », a-t-elle expliqué en essuyant la transpiration de son front. Elle avait toujours essayé de faire pousser plusieurs cultures, mais les résultats étaient inégaux. Elle a ensuite rejoint la coopérative COOPAA dans la région d’Agboville, dans le sud de la Côte d’Ivoire, et a appris quelles cultures pouvaient être plantées dans le même champ pour éviter de surcharger le sol et les nutriments. « Je l’ai fait avant, mais c’est la coopérative qui m’a aidé plus tard », a déclaré Agnes. «Par exemple, le manioc, l’arachide et les haricots vont de pair.»

Elle a beaucoup appris ces dernières années, et pas seulement grâce à son expérience avec la coopérative. Il y a dix ans, Agnès et son mari sont retournés dans le village d’Anno, dans le sud de la Côte d’Ivoire, avec leur jeune famille et peu d’autres choses. Leur tentative de vie urbaine à Abidjan, la capitale à plus de 100 kilomètres, s’est effondrée lorsque son mari a perdu son emploi, les forçant à tout recommencer. Avec de l’aide, ils ont obtenu de petites parcelles pour cultiver du cacao et ont recommencé. Aujourd’hui, Agnès incarne la vie du village, entretenant sa parcelle d’un hectare et entamant un nouveau rôle d’administrateur dans la coopérative. Lorsque les visiteurs sont arrivés pour lui parler de son expérience, ils ont trouvé des dizaines de ses amis et voisins réunis pour participer à un repas de fufu et de kedjenou, un ragoût de poulet traditionnel, préparé et servi par Agnès.

Les choses étaient différentes lorsqu’elle est revenue à Anno pour commencer à cultiver. Sa ferme a produit une modeste récolte de fèves de cacao qui a été vendue à des acheteurs qu’elle devait trouver, reflétant l’incertitude de sa nouvelle vie. Cinq ans plus tard, Agnes a fréquenté une école de terrain gérée par la coopérative et a réalisé qu’il y avait une meilleure façon. «Avant d’être membre de la coopérative, j’ai vendu mes produits à n’importe qui», a-t-elle déclaré. « Ce qui a changé, c’est que je vends mes produits à la coopérative, et on me donne des reçus que je garde. » Elle continue d’aller à l’école de terrain pour apprendre de nouvelles approches et techniques pour l’entretien des cacaoyers, une formation qu’elle a qualifiée de «très utile» et une motivation pour continuer à s’améliorer. «J’ai vu la différence, car au début, quand je n’étais pas dans la coopérative, mon cacao ne produisait pas beaucoup et ensuite je ne nettoyais pas souvent ma ferme», se souvient Agnes. « Là, on m’a dit de nettoyer ma ferme et de cueillir mon cacao tous les 15 jours et c’est ce que je fais. » Le résultat? Sa récolte a augmenté de plus de 50%, passant de 400 kilogrammes par an à maintenant donnant 650 kilogrammes.

Son dévouement et son intérêt l’ont amenée à siéger au comité de surveillance de la coopérative, et maintenant au nouveau rôle d’administrateur. «Ils m’ont expliqué qu’ils m’avaient choisi parce que j’assiste aux réunions, je participe beaucoup aux activités de la coopérative et je les prends au sérieux», a expliqué Agnès. En aidant les agriculteurs, en particulier les femmes, à accroître leur production et à avoir une voix plus forte dans leurs communautés, les coopératives qui parsèment la ceinture de cacao de la Côte d’Ivoire et du Ghana soutiennent des niveaux de revenus plus élevés et davantage de possibilités pour les familles traditionnellement pauvres.

Un signe de plus grande opportunité est que les cinq enfants d’Agnès, maintenant à l’école, ne semblent pas partager sa passion pour l’agriculture. Elle veut qu’un fils devienne ingénieur agronome pour qu’il puisse étudier la culture du cacao et revenir lui apprendre encore plus. Bien qu’il le lui ait dit, « il n’a pas choisi cela », a-t-elle déclaré. Son principal souhait est que les femmes comme elle puissent diversifier leurs revenus au-delà de la culture du cacao, peut-être avec d’autres cultures, pour subvenir aux besoins de leur famille. Mais même avec le travail acharné et les défis de gagner sa vie grâce au cacao – nettoyer les fermes, élaguer les arbres, récolter et fermenter les fèves – Agnes apprécie ce que la récolte signifie pour elle et sa famille.

« Vous savez, j’adore le cacao », a-t-elle déclaré. «C’est ainsi que je prends soin de mes enfants et de moi-même. [Cocoa] aide beaucoup. « 

«J’aime le cacao»: du migrant urbain à l’agroforestier dynamique
4.9 (98%) 32 votes