«Pour nous, producteurs de cacao, notre problème est le changement climatique»

Yao Ahou a beaucoup appris au cours de ses 60 ans, y compris deux certitudes qu’elle veille à souligner. «Nous serons toujours dans le cacao», a-t-elle déclaré, debout au milieu des arbres mouchetés sur sa parcelle de trois hectares dans le sud de la Côte d’Ivoire. «Nous le ferons toujours. Voilà comment nous mangeons.  » Mais il y a un défi croissant à la vie qu’elle connaît.

« Pour nous, les producteurs de cacao, notre problème est le changement climatique », a déclaré la mère célibataire de deux filles adultes. «Quand on attend les pluies, c’est le soleil qui se lève, et quand on s’attend au soleil, ce sont les pluies qui viennent. Cela nous déroute vraiment, en particulier les cacaoyers qui ont besoin de la pluie pour produire. » Les conditions météorologiques changeantes aggravent les difficultés rencontrées dans la ceinture de cacao de la Côte d’Ivoire et du Ghana, où la plupart des ingrédients de base du chocolat mondial sont cultivés.

Les pluies peu fiables, les températures plus chaudes et d’autres impacts du changement climatique rendent plus difficile de relever des défis de longue date tels que la pauvreté généralisée, le manque d’accès à l’éducation et les problèmes omniprésents du travail des enfants. Les efforts déployés par les gouvernements nationaux et locaux et l’industrie du cacao pour augmenter les revenus des agriculteurs et offrir des possibilités d’éducation et de formation ont aidé Yao et d’autres à augmenter leur production et à envoyer leurs enfants à l’école. Maintenant, ils doivent apprendre à faire face au changement climatique.

« C’est difficile », a-t-elle dit. « Nous ne savons pas comment changer la pluie. Ce n’est pas bon. » Lorsqu’on lui a demandé ce qui pourrait ramener les pluies, Yao a de nouveau semblé certain. «Seul Dieu peut apporter la pluie», a-t-elle déclaré. Une minute plus tard, cependant, elle fournit une explication scientifique de la baisse des précipitations, affinée de son expérience et de la formation qu’elle a reçue de la Société coopérative locale Anouanze de N’Denou. « Il y a moins de pluie parce que nous avons abattu tous les grands arbres », a expliqué Yao. «Nous avons abattu tous les grands arbres qui pouvaient faire monter la vapeur dans l’air pour attirer la pluie. Vraiment, si nous pouvions avoir plus de ces grands arbres là-bas, cela peut couvrir les cacaoyers, les protéger un peu du soleil, mais le sol ne sera pas humide car il n’y a pas de pluie. »

D’autres formations ont porté sur les pratiques modernes apprises dans ce qu’elle a appelé «l’école de la ferme». «Ils nous ont appris comment entretenir le champ, comment faire la plantation, faire les sacs, retirer les pousses, enlever les gousses noires, comment prendre soin de la ferme afin qu’elle reste propre et comment éviter les insectes qui endommageront les plantes , » elle a dit. Par exemple, « on nous a dit de ne pas appliquer d’herbicides, qui sont utilisés pour tuer les herbes, on nous a dit de ne pas les mettre dans la ferme », a déclaré Yao. «Et on nous a dit de ne pas fabriquer de pièges pour tuer les animaux, et on nous a dit de ne pas faire travailler les enfants dans les fermes. Donc, tout cela, nous évitons de le faire. « 

Un autre programme comprenait la mesure des parcelles et la photographie des agriculteurs qui les travaillaient pour établir la propriété de la terre. « Il vaut mieux faire cela, donc s’il y a un débat, nous savons que c’est lui à qui appartient la ferme », a-t-elle déclaré. « Ici, nous n’avons pas ce que vous appelez des titres fonciers, donc cela aide. »

Quand l’argent est bas pour les engrais, Yao a appris à composter les cabosses de cacao en décomposition «pour donner de la force au sol pour les arbres». Quand la saison sèche arrive, évitez les incendies dans la plantation, lui a-t-on dit, et plantez les grands arbres pour ombrager les cacaoyers afin qu’ils puissent maintenir autant que possible l’humidité de pluie décroissante.

Toutes les leçons d’une vie cultivant du cacao, certains nouveaux et certains plus anciens que les arbres qu’elle cultive. Et maintenant, ses enfants, avec leurs diplômes universitaires, doivent retourner cultiver du cacao quand ils le peuvent, a insisté Yao. « Quel que soit le niveau intellectuel, mon fils ou ma fille doit planter une ferme de cacao », a-t-elle déclaré. «Ici à la maison, c’est du cacao, donc c’est obligatoire. Même les enfants instruits feront toujours la culture du cacao. »

«Pour nous, producteurs de cacao, notre problème est le changement climatique»
4.9 (98%) 32 votes