«Nous aimons vraiment le chocolat»: gérer une pépinière, responsabiliser une communauté

Avant la pépinière qu’elle gère avec d’autres femmes locales et le riz qu’elles cultivent pour compléter leurs revenus de la culture du cacao, Kouassi Yaoua N’Guessan a mené une existence plus simple. «J’ai vendu mon cacao d’ordinaire», a-t-elle dit à propos de sa vie d’agriculteur il y a six ans près de Soubré, dans le centre de la Côte d’Ivoire. Bien que mariée et père de trois enfants, quand il s’agissait de cultiver les cacaoyers de sa parcelle de 1,47 hectare, «je le faisais seule».

Cela a commencé à changer en 2013 lorsqu’elle a rejoint la Coopérative des Producteurs de Sofoci Louhiri (CPSL). En aidant les agriculteurs, en particulier les femmes, à accroître leur production et à avoir une voix plus forte dans leurs communautés, les coopératives qui parsèment la ceinture de cacao de la Côte d’Ivoire et du Ghana soutiennent des niveaux de revenus plus élevés et davantage de possibilités pour les familles traditionnellement pauvres.

Aujourd’hui, le visage rond et les yeux larges de Yaoua se ramollissent en un sourire alors qu’elle décrit comment – grâce à la coopérative – elle a appris à être une agricultrice plus productive et a amené d’autres femmes de la communauté à avoir leur mot à dire lorsque des plans ont émergé pour construire une nouvelle école leurs enfants.

Puis, lorsqu’un projet pilote du CPSL a lancé une pépinière pour cultiver des arbres d’ombrage pour les plantations de cacao qui dominent la région, Yaoua a dirigé une équipe de 15 femmes locales pour le gérer. «Nous avons commencé avec les aubergines», se souvient-elle. « La coopérative nous a dit que c’était une bonne année, alors nous vous envoyons des graines. » Une fois par semaine, ils se réunissaient pour planter et tailler et nettoyer les plantes fournies par la coopérative, y compris les jeunes plants en rangées séparées par espèce. Pendant qu’elles travaillaient, faisant «l’entretien, le désherbage et l’arrosage», a expliqué Yaoua, la femme se parlait de sa famille, de sa santé et de sa vie. À partir de ces discussions, une communauté s’est formée. Si l’un d’entre eux avait des problèmes à la maison, ils écoutaient tous et essayaient d’aider.

Bientôt, plus de femmes ont commencé à se présenter, et maintenant il y a 61 qui participent chaque mercredi pour aider à gérer la crèche et profiter du soutien communautaire. Ils ont appris à cultiver du riz qui aide à nourrir leur famille et est vendu pour créer une autre source de revenus au-delà du cacao. Pour Yaoua, la coopérative a ouvert la voie à une plus grande autonomisation des femmes historiquement freinées par une tradition dominée par les hommes.

«Je veux que notre groupe évolue et que chaque femme soit indépendante. C’est notre souhait », a-t-elle déclaré, assise dans la pépinière Green Project, qui a une capacité de 85 000 plants.

Son expérience montre la valeur de la formation qu’elle et d’autres ont reçue par le biais de la coopérative. Ils plantent maintenant des arbres d’ombrage plus hauts dans leurs fermes pour protéger les cacaoyers du soleil et des insectes, ce qui a augmenté la production de cacao. Au cours des deux dernières années, les producteurs de cacao ont reçu leurs revenus par virement bancaire plutôt qu’en espèces, ce qui « vous protège du vol et de l’agression », a-t-elle déclaré.

Alors que Yaoua et son mari discutent de la façon de gérer l’argent entrant, elle a clairement indiqué qu’elle décide comment cultiver sa terre, qui est distincte de sa parcelle. «C’est mon champ, c’est ma ferme – je prends les décisions», a-t-elle dit en riant. «Il peut prendre les décisions pour sa ferme. « 

D’autres avantages étaient moins directs, mais tout aussi importants. Yaoua et d’autres femmes ont pu apporter leur contribution il y a trois ans lorsque la coopérative s’est associée à des partenaires, dont le gouvernement, pour construire la nouvelle école. Pour la première fois, les femmes ont pu expliquer les difficultés rencontrées pour assurer une éducation à leurs enfants qui, selon elles, ouvriraient davantage de possibilités dans leur vie. «Ce sont les enfants qui nous ont poussés à aller à l’école», a expliqué Yaoua en s’exclamant «non!». lorsqu’on leur a demandé s’ils devaient suivre ses traces pour devenir producteurs de cacao. «Je veux qu’ils deviennent des gestionnaires», a-t-elle déclaré, puis a ajouté, après une brève réflexion, «s’il s’agit d’une agriculture modernisée, d’accord, mais dans notre état actuel, je ne le veux pas.» D’autres partagent son espoir d’une plus grande opportunité pour les jeunes. Parlant à peu près à n’importe qui dans la région, la discussion revient toujours à une question posée à chaque visiteur: « Avez-vous vu l’école? »

Pourtant, Yaoua et ses collègues savent que leur vie est liée à la culture du cacao.

« C’est une bonne chose, car nous ne sommes pas allés à l’école, c’est ce que nous pouvons faire », a-t-elle déclaré, en offrant un message aux gens du monde entier qui mangent du chocolat à base de cacao produit dans la région de Soubré. «Ce sont les personnes âgées qui travaillent dans les fermes», a-t-elle déclaré, appelant à une augmentation des prix du cacao pour aider les agriculteurs. «Nous voulons également un financement pour investir dans notre projet.»

Elle a ensuite pensé à une chose: « Lorsque vous faites du chocolat à partir de cacao, vous devez nous en envoyer, car nous aimons vraiment le chocolat. »

«Nous aimons vraiment le chocolat»: gérer une pépinière, responsabiliser une communauté
4.9 (98%) 32 votes