«Vous pouvez prendre soin de vos enfants» avec le cacao

Il n’est jamais allé à l’école.

Au lieu de cela, N’Dri Kouadio Pascal s’est déplacé dans les plantations de cacao de la Côte d’Ivoire, premier pays producteur de cacao au monde. « Quand j’étais enfant, mes deux parents étaient morts, alors j’ai grandi ici et là », a-t-il dit à propos de la seule vie qu’il ait jamais connue.

Des décennies plus tard, le père de 17 enfants cultive maintenant sa propre parcelle de 23 hectares à Toinié, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Les enfants plus âgés ont grandi et l’une de ses trois femmes est décédée, mais il cultive toujours les fèves de cacao pour subvenir aux besoins de sa famille.

Quelles que soient les difficultés rencontrées dans son passé, Pascal sourit facilement aujourd’hui. Sa chemise lumineuse ornée de nids d’abeilles et de papillons correspond aux couleurs de la robe portée par son plus jeune enfant, Bénédicte, 9 ans. Ils se tiennent par la main devant un panneau pour la Société Coopérative de Agriculteurs de Norbert Carrefour qui promeut les bonnes pratiques de santé, d’éducation et d’agriculture où ils vivent.

Pascal attribue l’aide et la formation qu’il a reçues par le biais de la coopérative ces dernières années pour avoir contribué à augmenter sa production. « Avant de récolter trois sacs et maintenant, je fais environ 20 sacs », a-t-il déclaré. Cela signifie plus d’argent pour qu’il puisse envoyer ses plus jeunes enfants à l’école. Contrairement à sa propre enfance, les jeunes n’ont pas besoin d’aider à pulvériser les arbres avec des insecticides, à porter de lourdes charges, à casser les cabosses ou à faire face à d’autres risques associés à la culture du cacao.

Mettre fin au travail des enfants dans les plantations de cacao, qui est encore trop courant, est un objectif de l’industrie qui fournit l’ingrédient de base du chocolat mondial. L’amélioration des revenus des agriculteurs est au cœur de cet objectif et les efforts de l’industrie se concentrent également sur l’amélioration de l’éducation des enfants, le soutien de la santé et de la nutrition et l’expansion des services de protection de l’enfance. Pour Pascal, la formation qu’il reçoit l’aide à cultiver du cacao qui paie pour l’éducation de ses enfants, afin qu’ils aient de meilleures opportunités que lui en tant qu’enfant travailleur.

À l’école agricole de la coopérative, comme il l’appelait, Pascal et d’autres producteurs locaux de cacao ont appris à dimensionner leurs parcelles et à planter des arbres d’ombrage pour protéger la récolte. «Ce sont les insectes qui nous inquiètent, et pour cela, la coopérative nous a donné les arbres d’ombrage pour protéger nos fermes», a-t-il déclaré. C’était il y a quatre ans, et maintenant, «Je n’ai plus de soucis parce que les arbres d’ombrage protègent ma ferme.»

Ils ont également reçu de l’aide pour éduquer leurs enfants, notamment la construction d’une nouvelle école locale à laquelle Bénédicte va. « La papeterie, les sacs, les uniformes, tout était gratuit, et cela m’a fait plaisir », a déclaré Pascal. La formation a mis l’accent sur le fait que les enfants appartenaient à la classe et non aux plantations de cacao. Pascal a dit que ses enfants seraient les bienvenus pour travailler avec lui un jour, mais pour l’instant, il a précisé ce qu’il préférait, en disant: « L’école est meilleure. » Pour obtenir de l’aide à la ferme, il embauche des travailleurs locaux pour un prix convenu « et à chaque récolte, je paie ».

Le cacao qu’il produit est utilisé dans des produits de chocolat vendus dans le monde entier, et Pascal espère que la demande augmentera pour aider lui et sa famille. « Nous voulons une augmentation du prix du cacao pour pouvoir répondre aux besoins de nos enfants », a-t-il déclaré. Il est reconnaissant de pouvoir leur fournir plus que ce qu’il avait grandi, comme Bénédicte apprenant à la nouvelle école.

Assis à côté d’elle sur des chaises à l’extérieur de la coopérative, les yeux profonds de Pascal s’éclairèrent et un sourire aux dents brisées emplit son visage alors qu’il déclarait: «Je suis tellement heureux.» Être cultivateur de cacao est «une bonne chose», a-t-il dit, car «vous pouvez vous occuper de vos enfants avec cela».

«Vous pouvez prendre soin de vos enfants» avec le cacao
4.9 (98%) 32 votes