Aider les producteurs de cacao à prospérer grâce à une nouvelle approche

J’ai visité de nombreuses régions productrices de cacao en Afrique de l’Ouest pendant de nombreuses années où les producteurs de cacao ont du mal à subvenir aux besoins de leurs familles. Chaque année, ils travaillent la terre de la même manière. Ils cultivent la même récolte sur la même terre chaque année et dépendent fortement des pesticides et des engrais. Ils se transforment en coupes et brûlis et en défrichement lorsque le cacao ne pousse pas sur les terres existantes.

Cette façon de travailler comprend de nombreuses fonctionnalités de la Révolution verte des années 1960. Lancées au Mexique et dans le sous-continent indien, ces techniques se sont ensuite étendues à l’Afrique. Ils ont apporté des gains massifs de production et de productivité, notamment en Côte d’Ivoire, et ont sorti certaines personnes de la pauvreté.

Mais ces techniques agricoles ne sont pas durables à long terme car elles causent d’énormes dégâts environnementaux. Personne ne veut que la prochaine génération de producteurs de cacao doive faire face à des problèmes tels que le compactage du sol et la perte de matière organique, du fait d’une agriculture intensive avec uniquement des intrants d’engrais chimiques.

Il nous faut donc repenser en profondeur les approches traditionnelles de la production de cacao. Cela doit tenir compte de la santé de la planète et du fait que les techniques agricoles de la Révolution verte sont tout simplement trop complexes et coûteuses pour de nombreux petits agriculteurs. De plus, les producteurs de cacao doivent se diversifier dans d’autres cultures. Il est nécessaire d’adapter la Révolution verte aux conditions locales des producteurs de cacao et de tenir compte des conditions écologiques, sociales et économiques.

Une nouvelle approche qui pourrait relancer le secteur du cacao est ce que j’appelle la «productivité résiliente».

La résilience en tant que concept constitue de plus en plus la pierre angulaire du travail des gouvernements, des organisations multilatérales et des institutions financières. La Vision 2063 de l’Union africaine, par exemple, vise à soutenir la résilience des systèmes de subsistance grâce à des pratiques adaptées aux régimes fonciers, aux situations de pauvreté, aux réalités du marché / financières et aux conditions écologiques.

Dans mon utilisation du terme productivité résiliente, je m’appuie sur des définitions largement acceptées de la résilience et les applique à la productivité du cacao en Afrique. Cela signifie promouvoir le niveau maximal de productivité agricole auquel un paysage de production de cacao peut résister ou absorber les perturbations ou les chocs tout en assurant d’autres fonctions écosystémiques importantes pour les êtres humains. Une stratégie holistique comprenant des agriculteurs prospères, des communautés autonomes et une planète saine, par exemple, entraînerait des changements dans les systèmes de production tout en tenant compte du capital humain et naturel. Il reconnaît que ces paysages agricoles ont des fonctions au-delà de la production de cacao. Ces paysages doivent pouvoir résister aux perturbations et aux chocs.

Les initiatives de promotion du cacao et de l’agriculture doivent s’associer avec des agronomes, des agro-écologistes, des socio-écologistes et des ingénieurs pour réaliser une transformation du secteur qui utilise des solutions intelligentes fondées sur des preuves. Les grandes villes émergent d’une combinaison de planification et d’organisation. De la même manière, les agriculteurs prospères des communautés autonomes sur une planète saine auront besoin d’une combinaison de technologies ciblées telles que l’énergie zéro carbone, les technologies intelligentes face au climat et les pratiques résilientes; des plans d’infrastructure prospectifs et des environnements favorables aux niveaux local, national et régional; et les percées et évolutions habituelles fondées sur le marché.

Transformer la cacaoculture en une productivité résiliente signifie aider les agriculteurs et leurs familles à s’adapter aux chocs environnementaux, économiques et sociaux, à y répondre et à s’en remettre. Nous avons donc besoin d’une grande flexibilité dans les approches. Aucune formule n’est adaptée à chaque agriculteur et à chaque situation. Il est essentiel de construire des systèmes de culture du cacao résilients qui rencontrent les agriculteurs là où ils sont en tant qu’individus, en tenant compte de leurs familles, des réalités agricoles et du style de production.

Les initiatives visant à promouvoir la production de cacao dans le cadre d’une productivité résiliente peuvent identifier:

  • ce qui fonctionne pour diverses écologies, agriculteurs et communautés locales;
  • ce qui semble fonctionner à court terme et réduit les risques à long terme; et
  • quelles sont les implications pour la production alimentaire, les moyens de subsistance, la résilience et le développement.

La productivité résiliente nécessite une nouvelle approche de l’agriculture pour les besoins présents et futurs. Ce qui est clair, c’est que persister avec les anciennes méthodes ne fera plus l’affaire. Cela ne se terminera que par une baisse des rendements et une pauvreté croissante pour les producteurs de cacao. Une productivité résiliente promet une voie à suivre pour un avenir durable et plus prospère.

Aider les producteurs de cacao à prospérer grâce à une nouvelle approche
4.9 (98%) 32 votes