Une contradiction morale | Cours de chocolat

L’histoire du chocolat s’étend sur des siècles; Pourtant, alors que de nombreuses personnes apprécient la douceur, beaucoup moins comprennent à quel point l’histoire du chocolat est plongée dans des traditions de controverse, de violence et de préjugés racialisés. Ce billet de blog racontera une période petite mais percutante dans l’histoire du chocolat, concernant l’un des plus grands acteurs de l’histoire et du présent du chocolat: Cadbury. Au tournant du 20e siècle, la société Cadbury Bros., alors appelée, s’est retrouvée prise dans un scandale international concernant son éthique des affaires, et plus précisément ses pratiques de travail. Cette controverse ne concernait pas seulement les pratiques économiques, mais aussi les affaires politiques de la Grande-Bretagne, du Portugal et leur caution de l’esclavage colonial extralégal (non pas de nom, mais en pratique) dans les Caraïbes. De 1905 à 1914, le journaliste Henry Nevinson a cherché à tenir Cadbury responsable – en justice – de leur achat de fèves de cacao des îles de São Tomé et Príncipe (Satre 12), malgré le fait que les fèves étaient le produit de brutalités illégales et brutales. l’esclavage et le travail forcé des autochtones et des africains. Bien que Cadbury ait condamné l’esclavage de nom, la société a importé des dizaines de millions de livres de fèves de cacao de São Tomé et Príncipe entre 1900 et 1910 – près d’un siècle après que l’esclavage ait été légalement aboli en Grande-Bretagne (mais certainement pas pratiquement ni économiquement). Au cours de cette période, les défis posés à l’éthique des affaires de Cadbury à Sao Tomé et en Grande-Bretagne révèlent un mépris apparent pour la violence contre des milliers de travailleurs asservis, malgré leurs intentions proclamées d’adopter des pratiques de travail équitables au sein de leur entreprise.

Travailleurs de la chocolaterie Cadbury à Bournville, Angleterre (NPR 2010)

John Cadbury a ouvert son thé et son café à Birmingham, en Angleterre, en 1824. Après avoir incorporé l’utilisation de la presse hydraulique nouvellement inventée, la société a finalement obtenu le succès dans les années 1860. Cadbury est devenue une entreprise industrielle, employant 3 310 travailleurs en 1900 – dans lesquels les propriétaires «prenaient un intérêt paternaliste» (Satre 15). En effet, les frères Cadbury étaient de fiers piliers de la communauté britannique Quaker et visaient à diriger leur entreprise «conformément au principe Quaker en fournissant une aide aux moins fortunés» (Satre 15). Malgré de longues heures et un contrôle étroit sur les employés, les emplois de l’usine Cadbury étaient très recherchés. Selon une interview de 2010 avec la descendante Deborah Cadbury: «  » Dès qu’ils ont pu, « dit Cadbury, » ils faisaient des choses comme augmenter les salaires de leur main-d’œuvre, introduire le samedi, introduire des pensions, introduire des allocations de chômage et des indemnités de maladie, et même des médecins gratuits, des dentistes gratuits et des comprimés de vitamines pour le personnel »(NPR 2010). Cependant, malgré l’accent mis sur des conditions équitables au pays, les actions de Cadbury à l’étranger ont brossé un tableau très différent de leur éthique du travail.

Après avoir visité Trinidad en 1901, William Adlington Cadbury (1867-1957) a été chargé d’enquêter sur les informations selon lesquelles le travail des esclaves produisait des fèves de cacao de Cadbury sur São Tomé (Satre 18). Bien que W. Cadbury ait affirmé l’ignorance générale des conditions à São Tomé e Príncipe à cette époque, la chocolaterie avait acheté plus de 45% de ses fèves de cacao de l’île en 1900 (Satre). En outre, près de huit ans se sont écoulés avant que des mesures décisives ne soient prises concernant l’influence de Cadbury sur le travail en sous-traitance utilisé dans les îles. Curieusement, cette période d’inaction coïncide avec une série de dons faits à l’Anti-Slvery Society en Grande-Bretagne par le frère de William, un membre de William, totalisant 510 livres entre 1900 et 1908 (Satre 21). Tout au long de cette période, de longues enquêtes, des rapports écrits et réécrits, la suppression de la publication de la controverse dans les nouvelles britanniques (de la part de Cadbury) et des réunions diplomatiques entre les gouvernements et les entreprises de chocolat n’ont abouti à aucune action jusqu’en 1908 au plus tard. De plus, le rapport d’Henry Nevinson, un projet commencé en 1905, n’a été mis à la disposition du public britannique qu’en 1908 (Satre). Pendant ce temps, William Cadbury a parlé à maintes reprises du dossier de l’opposition à l’esclavage mais s’est opposé avec véhémence au boycott de l’achat du cacao des îles au sein de la coalition des chocolatiers britanniques. En fait, il a explicitement déclaré officiellement que son entreprise souhaitait continuer à acheter du cacao des îles (Higgs).

Bien que son humanitarisme anti-esclavagiste Quaker ait été exprimé publiquement, il ne semblait pas s’étendre aux travailleurs de Sao Tomé, sur la base des achats importants de l’entreprise de cacao de Sao Tomé tout au long de cette période: en 1902, Cadbury Bros.a acheté à lui seul 20% de São Tomé et Le cacao de Príncipe. Ce nombre a diminué en 1907 (probablement en raison de la pression exercée par des journalistes comme Henry Nevinson) – à environ 13% des exportations totales de cacao de Sao Tomé, soit environ 7,4 millions de livres. Ce montant est toujours important malgré le changement au fil du temps, surtout si l’on considère la violence subie par des milliers de travailleurs asservis pour le bien de cette exportation. Selon Satre, Sao Tomé détenait un total d’environ 40 000 travailleurs esclaves et Principe détenait environ 3 000 travailleurs à cette époque. Il poursuit en expliquant que 14% des travailleurs décédés à São Tomé sont décédés chaque année et 20% des travailleurs décédés à Príncipe chaque année. Cela signifie qu’au cours de cette période de 8 ans d’inaction réticente de la part de Cadbury pour faire face à leurs investissements dans le travail des esclaves afin de financer la croissance de leur entreprise, un total de 43 200 personnes asservies sont mortes. En ce qui concerne l’éthique commerciale de l’entreprise, cela a tendance à révéler une pratique intéressante: garder une maison propre mais laisser des chaussures boueuses devant la porte, pour ainsi dire.

Ces défis à l’éthique des affaires de Cadbury me rappellent une citation de l’artiste Felix von der Weppen sur sa série « Chocolate Slavery » (ci-dessus): « Je voulais créer des images qui mènent le spectateur dans une contradiction morale entre le désir et le rejet. Les mains représentent le pouvoir d’action des individus. En perdant le pouvoir d’agir, nous perdons la liberté, l’égalité et sommes très probablement contrôlés ou asservis par d’autres »(Cargo Collective). Dans le contexte de l’inaction de Cadbury – sans parler des chocolatiers qui continuent d’investir dans le travail forcé – l’impact violent des pratiques commerciales comme Cadbury pendant cette période sur la vie humaine devient encore plus saillant.

Sources

Satre, Lowell, 2005. Chocolat à l’épreuve: esclavage, politique et éthique des affaires.

NPR, 2010. «L’héritage doux et social du chocolat Cadbury».

Higgs, Catherine, 2012. Îles chocolat: cacao, esclavage et Afrique coloniale.

Cargo Collective, «Stop Chocolate Slavery».

Images

NPR, 2010. «L’héritage doux et social du chocolat Cadbury».

Satre.

«L’esclavage au chocolat» de Felix von der Weppen.

Une contradiction morale | Cours de chocolat
4.9 (98%) 32 votes